10 euro 2012 : le chateau Estense à Ferrara

34 mm

ag 925

Le Château d’Este (Castello Estense en italien), appelé aussi château de Saint Michel, est le monument le plus important de Ferrare, un édifice en briques à plan carré doté de quatre tours défensives, situé en plein centre-ville.

En 1385 à la suite d'une dangereuse révolte qui se termina par le massacre du ministre des octrois Tommaso da Tortona, retenu responsable de la grave situation économique des citoyens, par la foule déchaînée, Niccolò II d’Este, marquis de Ferrara, comprit la nécessité de construire une puissante défense pour sa famille et pour lui-même: c'est ainsi que naquit le Château de San Michele, une forteresse érigée contre le peuple, au nord du palais ducal. Niccolò chargea du projet son architecte Bartolino da Novara qui s’inspira d’une tour préexistante (Tour des Lions) faisant partie des anciens remparts, situés plus au sud des actuels, environ à la hauteur des boulevards Cavour-Giovecca. Il érigea trois autres tours en les reliant avec des murs imposants. Un passage couvert (peut être en bois) reliait l’édifice militaire au palais des marquis pour permettre de passer facilement d’un bâtiment à l’autre.

Les siècles passèrent et les risques de révoltes cessèrent ; la ville s’agrandit et les remparts furent déplacés. Le château devint alors la magnifique résidence de la cour et fut enrichi de fastueux appartements à l’époque de Hercule Ier. Les travaux donnant au Château son aspect actuel furent commissionnés par Hercule II en 1544 après un incendie qui avait endommagé la structure d’origine. L’architecte Girolamo da Carpi donna au château son aspect extérieur qu’on peut admirer encore aujourd’hui, tandis que les milieux à l’intérieur furent refaits plusieurs fois au cours des siècles. Après le départ des ducs d’Este, le château fut le siège des vice-légats, ou gouverneurs papaux de la ville, qui administraient le territoire pour quatre ans. Ils n’apportèrent que quelques transformations au bâtiment, dont la plus évidente fut la plus grande élévation de l’avant-corps nord (où actuellement il y a les salles abritant la cafétéria). Après l’unification de l’Italie il fut acheté par l’Administration Provinciale, qui en est encore la propriétaire.