DESCRIPTION REVERS
Sur le revers, le dessin du visage de Jean Gabin, sur un fond texturé, avec le nom de celui-ci et la valeur faciale. En arrière plan, un ensemble de pellicules représentant le 7e art.

DESCRIPTION FACE
Sur la face, on trouve le millésime ainsi que la mention de l’art mis à l’honneur « Le Cinéma ».
La gare Saint Lazare apparait en fond, lieu où se déroule une partie de l’action du film « La Bête Humaine ». Au premier plan, la Lison, locomotive à vapeur Pacific 231 conduite par Jacques Lantier dans le film.

10€ Argent BE
Tirage: 5 000 Diamètre : 37 mm
Poids : 22.2 g Titre : Ag 900
Prix Public Recommandé : 59 € TTC

existe aussi en or

50€ ¼ oz Or BE
Tirage: 500 Diamètre : 22 mm
Poids : 8.45 g Titre : Au 920
Prix Public Recommandé : 530 €

JEAN-ALEXIS-GABIN MONCORGÉ
Jean-Alexis-Gabin Moncorgé nait à Paris en 1904. Son père est comédien, sa mère chanteuse. Il est élevé à la campagne par sa soeur ainée.
A 18 ans, il entre dans le monde du spectacle en montant sur la scène des Folies Bergères avant d’effectuer son service militaire. En 1928 il fait ses débuts dans le cinéma et tourne dans des films parmi les plus célèbres du cinéma français comme « La Grande Illusion », « Gueule d‘Amour » avec Mireille Balin (1937), « Le Quai des Brumes » avec Michèle Morgan, « La Bête Humaine » (1938), « Le Jour se lève » (1939). En septembre 1939, Gabin est mobilisé. En 1941, après avoir été démobilisé, il refuse de tourner pour les allemands et il quitte la France pour les États-Unis où il tourne deux films. En 1943, Gabin s’engage dans les Forces Françaises Libres et sera décoré de la Médaille Militaire et de la Croix de Guerre.
Il tourne de nombreux films avant de s’éteindre en 1976. Sa carrière est marquée par des collaborations avec notamment Michel Audiard, Louis de Funès, Bourvil, Jean-Paul Belmondo ou Alain Delon. Il fait partie des acteurs français ayant attiré le plus grand nombre de spectateurs dans les salles de cinéma : environ 161 millions entre 1946 et 1976.

La gare de Paris-Saint-Lazare, dite aussi gare Saint-Lazare, est l'une des six grandes gares terminus du réseau de la SNCF à Paris. Située dans le quartier de l'Europe du 8e arrondissement, c'est l'une des anciennes têtes de ligne du réseau Ouest-État.
Première gare édifiée en Île-de-France dès 1837 et affectée principalement depuis au trafic de banlieue, c'est la deuxième gare de Paris et de France par son trafic et la deuxième d'Europe, avec environ 100 millions de voyageurs par an.
La gare Saint-Lazare occupe une place prépondérante dans la culture. Tout d’abord, elle est un lieu très prisé des impressionnistes durant la fin du XIXème siècle, le progrès technique étant devenu le nouveau thème à étudier à la mode. Ainsi, Monet et Caillebotte lui ont accordé plusieurs oeuvres.
De plus, depuis 1985, des oeuvres d'art « accumulations » du peintre et sculpteur français Arman, hautes de cinq mètres, ont été placées dans les deux cours de la gare : Consigne à vie, représentant un empilement de valises, et l'Heure de tous, représentant un empilement de pendules, dans la cour du Havre.
Enfin, au cinéma, La Bête humaine, film français de 1938 adapté du roman éponyme d'Émile Zola et réalisé par Jean Renoir, se déroule en partie dans la gare de Paris-Saint-Lazare et ses environs. Le personnage principal, Jacques Lantier, interprété par Jean Gabin, fait la ligne Paris - Le Havre depuis la gare Saint-Lazare.